← Retour← Retour
← Retour← Retour

6 règles typographiques pour rendre votre document lisible et percutant

Publié le 
15/5/2019

La typographie est une composante essentielle à la composition d’un document. Elle définit sa personnalité, détermine la lisibilité et renforce donc son impact. Son choix est primordial. Voici quelques règles à suivre pour ne pas vous tromper.

1. Choisissez une police qui a du caractère…

Aucun texte alternatif pour cette image

Chaque police a sa personnalité ; on peut cependant les regrouper en 5 grandes familles :

- les serif (à empattements) : expriment la tradition, la respectabilité, le sérieux

- les sans serif : plus modernes, plus épuré

- les cursives (écriture à la main) : pour l’expression des sentiments ou de la créativité

- les polices fantaisies : font plus fonction de décors, notamment pour des titres

- les polices monopace (dont la largeur est fixe) : traduisent une impression de force et de clarté

2. Fuyez les typos fantaisistes

Certaines polices ont tellement été utilisées à tort et à travers qu’elles sont devenues synonymes d’amateurisme et de mauvais goût. Evitez les Comic Sans et autre trouvaille sur Dafont, à moins de les utiliser avec une extrême prudence. Pour ma part, j’aime les typos simples, avec ou sans serif, avec un choix plus marqué pour les titres.

3. Trois polices max

Pour donner du relief au contenu, vous pouvez utiliser une police différente pour les titres et pour le corps du texte. Personnellement, j’aime utiliser une police avec Serif pour les titres vs une sans Serif pour les textes. En revanche, concentrez-vous sur 2 ou 3 polices différentes pour l’ensemble de votre document, pas plus. Rien ne vous empêche ensuite de varier la taille, l’épaisseur, voire la couleur des blocs de texte. Vous obtiendrez ainsi un texte dynamique, mais harmonieux.

4. Jouez sur les contrastes

Le contraste est un principe fondamental dans le monde du design graphique. N’ayez pas peur de renforcer les contrastes entre plusieurs éléments (titre et texte, ou texte et verbatim, par exemple). Et profitez-en pour bien distinguer l’essentiel.

Dans cet exemple (brochure Facts & Figures SOMFY- SunnyMarie 2018), la typo Austin ExtraBold Italic utilisée pour les titres marque un contraste fort avec la très discrète typo Calibri des textes courants.

Aucun texte alternatif pour cette image

5. Privilégiez la lisibilité

Rien ne sert de faire tous ces efforts si, finalement, on n’arrive pas à bien lire votre texte, n’est-ce pas ? La facilité de lecture est fonction de différents paramètres :

- le corps (la taille) de la police ; on pourra difficilement lire un texte écrit en dessous de 8 pt. Restez autour de 11 pt pour un texte courant.

- la famille de police choisie et sa casse (minuscule ou majuscule). Toutes les typographies ne sont pas faites pour être écrites en majuscules, par exemple, comme c’est le cas pour les polices dites manuscrites.

- l’interlignage (l’espace entre les lignes). n’essayez pas l’originalité ici. Un interlignage trop serré rend la lecture fatigante. En revanche, un interlignage trop important est très pénible à lire : l’œil du lecteur a du mal à retrouver les débuts de ligne. Restez donc dans la sécurité de l’interlignage automatique.

- la couleur du texte et du fond. N’associez pas 2 teintes claires ou 2 teintes foncées, gardez un contraste important. Le texte clair sur un fond foncé doit être utilisé avec parcimonie, pour un encadré par exemple. En revanche, c’est à bannir pour les textes longs. Finalement, le texte le plus lisible et le moins fatigant est le texte noir ou foncé sur fond blanc, un grand classique.

Aucun texte alternatif pour cette image


6. Adaptez-vous au support que vous utilisez

On ne présente pas un texte de la même manière sur une affiche que sur une page web. Lorsqu’on lit un texte sur un écran, on a tendance a être moins contemplatif, surtout s’il s’agit d’un écran de téléphone. Privilégiez alors les textes courts et les colonnes de 8 à 10 mots par ligne. En revanche, sur une affiche, pensez à être lisible de près comme de loin.

> Vous l’aurez compris, le choix de la typographie ne s’improvise pas. Passer en revue ces quelques règles vous permettra de ne pas commettre d’impair, ou mieux encore, de réaliser un document lisible, élégant et percutant.

Plus de photos

No items found.
← Retour← Retour